top of page

La dépendance n'est pas un choix

Dernière mise à jour : 19 août 2023

J'ai souvent entendu des gens dire que ça déresponsabilisait l'alcoolique ou le toxicomane de lui attribuer une étiquette de malade. Or mon coach de sobriété donnait toujours cet exemple éloquent. On ne peut pas dire à quelqu'un qui souffre d'un cancer: ''si tu m'aimais, t'arrêterais d'être malade''. Pour moi, c'est la même chose à l'égard de la dépendance.
un homme est assis sur un sofa de cuir brun,  il a sa main droite sur son front, ses jambes sont croisées, les murs autour de lui sont très foncés, il a l'air triste, fatigué ou déprimé
homme assis sur un sofa

On ne peut exiger à quelqu'un d'arrêter de consommer ou d'avoir des comportements addictifs puisqu'il souffre lui-même de quelque chose qu'il n'a pas demandé. Personne au monde ne souhaite cette affliction. Surtout quand on sait qu'un trouble de l'usage est souvent une forme d'automédication.


Une grande partie des gens voient encore la dépendance selon le modèle moral de la chose. Comme quoi l'addiction serait un choix. À mes yeux, le rétablissement devient potentiellement un choix mais pas la maladie. C'est fou le nombre de perceptions entourant la toxicomanie. Plusieurs pensent encore qu'un alcoolique a besoin d'alcool en se levant alors que peu connaissent les repères canadiens sur l'alcool et la santé:


  • Il existe un continuum de risque associé à la consommation hebdomadaire d’alcool :

  • 0 verre par semaine – Offre de nombreux bénéfices, par exemple une meilleure santé et un meilleur sommeil.

  • 2 verres standards ou moins par semaine – Permet généralement d’éviter les conséquences de l’alcool pour vous-mêmes et pour les autres.

  • 3 à 6 verres standards par semaine Augmente le risque de développer plusieurs cancers, comme le cancer du sein et du côlon.

  • 7 verres standards ou plus par semaine – Augmente en plus votre risque d’avoir une maladie du cœur ou un AVC.

  • Au-delà de 7 verres standards par semaine – Augmente radicalement le risque que ces conséquences surviennent.


Il y a encore beaucoup de travail à faire pour briser les tabous entourant la dépendance. C'est possiblement une des raisons pour lesquelles les fraternités anonymes comme AA, CA, OA, NA... sont encore si pertinentes 85 ans plus tard.


Si vous ou l'un de vos proches souffre d'alcoolisme ou de toxicomanie, la ligne d'écoute biligue, gratuite et confidentielle Drogue, aide et référence disponible 24/24, 7 jours sur 7 peut vous aider:


Au plaisir de vous coacher,

Geneviève





Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page