top of page

Une semaine en silence avec Deepak


accessoires de la retraite silent awakenings avec deepak chopra
image d'un macaron honoring silence
Je termine une semaine de yoga et de méditation en silence avec l'équipe de Deepak Chopra et Deepak lui-même. L'impact d'une semaine en silence avec Deepak, ses enseignants et un groupe de 300 personnes me ramène à l'importance de la présence à soi, la contemplation, l'esprit de communauté et me rappelle tout ce à quoi nous sommes dépendants au quotidien.

Durant cette semaine en silence avec Deepak, on médite plusieurs fois par jour, on fait du yoga en avant-midi et en après-midi (j'ai choisi le yoga sur chaise que j'ai infiniment aimé), et on assiste aux conférences de Deepak et de son équipe. Évidemment, les téléphones sont fermés et on profite de cette semaine de déconnexion pour mieux se reconnecter. À soi, ses sensations, ses pensées, son corps, son environnement, ce qu'on laisse entrer en soi et ce qu'on souhaite laisser aller. Les repas sont végétaliens, plus légers le matin et le soir, plus copieux le midi. Sans téléphone ou personne à qui parler, notre rapport à la nourriture et ce qu'on ingère est conscientisé. Quand on mange en silence, on sent la satiété. On mange beaucoup moins, on éprouve moins la faim. On se sent moins envahi par le brouhaha extérieur, les gens autour de soi s'apaisent, même ceux ne faisant pas partie de la retraite. Les couleurs deviennent plus vibrantes, on s'arrête pour contempler la nature et se connecter à sa beauté. Chevreuils, rivière Colorado, colibris, papillons, pluie après 85 jours de sécheresse. C'était parfait.


Tout de ce que j'ai vécu ici recréait la routine des ashrams où j'ai été formée. Je suis donc habituée à ce mode de vie mais c'est la première fois que je vivais le tout sans jamais parler. J'ai adoré.


Ce qui est intéressant avec Deepak, c'est qu'il est endocrinologue de formation. Il nous enseigne donc les aspects scientifiques et spirituels de l'existence avec un langage digeste et fascinant. Il a souvent été renié par ses pairs de la communauté médicale pour cette façon de faire alors que je la trouve si rafraîchissante. En plus de ses interventions quotidiennes, Deepak nous a aussi fait découvrir des professeurs de yoga et de méditation exceptionnels ainsi que le Docteur ayurvédique Suhas Kshirsagar. Ces gens d'une bienveillance et d'une inspiration infinies ont énormément contribué au succès de ce séjour dont je garderai de précieux souvenirs.


Sinon, de tous les enseignement reçus, le silence fait possiblement partie des plus impactants. Dans une de ses conférences à ce sujet, Deepak nous rappelait que le silence c'est l'absence de violence. Qu'en pratiquant consciemment de longs moments de silence, on développe éventuellement une écoute attentive, patience, inspiration et créativité. Le temps s'étire. En devenant un témoin actif de nos expériences et de nos pensées, on génère de nombreuses possibilités de réponses dans l'instant présent pour éventuellement choisir la plus adéquate et éviter de potentiels regrets. Deepak suggère d'ailleurs de prendre la parole uniquement si c'est pour créer de la joie ou augmenter le bien-être des gens. Ça peut sembler utopique mais si tout le monde se pratiquait à faire ça, la terre se porterait certainement mieux. Cet espace silencieux offre aussi la possibilité de me demander si le choix que je m'apprête à faire est judicieux ou pas pour mon bien-être.


Ce court séjour m'a aussi rappelé l'importance de l'esprit de communauté. C'est d'ailleurs ce qui a motivé mon choix de louer un local sur Ste-Rose; mon besoin de reconnecter avec la collectivité. Je proposerai bientôt des ateliers et possiblement une retraite en silence pour 2024. À suivre! En attendant, je me prépare doucement à revenir vers YUL avec une dernière journée d'intégration à Austin avant de reprendre les activités du quotidien.


Namasté... je vois la lumière en toi.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page